Qualifications du Formula 1 Pirelli Gran Premio Del Made In Italy E Dell’emilia Romagna 2021 (zéro vanne.)

On va donc simplifier en se mettant d’accord une bonne fois pour toutes.

Ce week-end a lieu le Grand Prix d’Imola, un point c’est tout. Et donc avec ce tout premier billet (que d’émotions, que de chemin parcouru depuis ma dernière prose…) nous allons rentrer en détails dans les qualifications de ce GP d’Imola 2021 qui nous aura réservé quelques surprises. Et d’autres actions moins surprenantes et nous allons commencer par ça d’ailleurs…

Q1.

Mazepin fait du Mazepin.

Autant être honnête, j’ai toujours (un bien grand mot pour quelqu’un qui a suivi la F2 de loin et qui s’est replongé dans le bain de la F1 depuis un an…) eu du mal avec ce personnage. Je vous passe ses péripéties hors-piste et son statut de pilote payant (merci papa.) qui prive certainement de F1 un Calum Ilott, voire même un Robert Shwartzman, mais qui pérennise la présence de Haas en F1. Au moins pour 2021.

Le bonhomme a du mal avec l’éthique, les gentlemen agreements (ce qui n’est pas écrit dans les règlements mais est une pratique établie entre les pilotes) et autres joyeusetés. Quelques jours plus tôt à Bahrein, Il double dans le secteur 3 des pilotes en out-lap (qui sont dans leur tour de sortie des stands), prêts à s’élancer pour un tour chrono, certainement parce-qu’il estime qu’il vaut mieux qu’un gentlemen agreement qui court depuis des décennies. On ne compte plus les fois où il a forcé des pilotes à sortir des limites de la piste (en ligne droite…) en F2.

Pour Imola, il s’amuse à se tirer la bourre avec Giovinazzi et à lui faire l’intérieur, alors qu’ils étaient tous les deux en tour chrono (et qu’il était physiquement impossible que ce brave Nikita emmène sa poubelle Haas en Q2), on ne saura jamais si ça coûte la Q2 (vous ai-je expliqué qu’une qualification se joue en 3 parties ? Tout d’abord la Q1 où les 15 premiers -sur 20- accèdent à la Q2, puis la Q3 où les 10 premiers de la Q2 accèdent avec un peu de chance et beaucoup de talent) à Antonio, mais échouant à moins de 3 dixièmes de celle-ci on peut légitimement penser que oui.

Ho non Yuki pas ça, pas après tout ce que tu as fait !*

*j’en fait des caisses, je sais. Mais je l’aime bien ce Yuki Tsunoda. Il est très vite, il semble apprendre et s’adapter excessivement vite, il n’est jamais satisfait de lui-même, et je l’ai déjà dit, mais il est vite !

Je n’ai donc pas construit ce billet dans l’ordre chronologique, afin de pouvoir commencer par le moins intéressant.

A présent donc, ma plus grande déception de ces qualifs : le crash de Yuki Tsunoda pendant son premier tour chrono… Dans la chicane la plus traître du circuit, où les pilotes prennent le premier virage très à l’intérieur sur le boudin jaune (une proéminence encore au-delà des vibreurs), qui a donné de très belles images de Charles Lecl-air notamment, son arrière part un poil trop, ce qui s’enchaîne logiquement avec un coup de raquette dans le deuxième virage et paf, arrière pêté, Yuki out et bon pour la P20.

Là où ça devient vraiment rageant, c’est qu’Imola est le circuit de test d’Alpha Tauri, et que Franz Tost et son équipe comptaient là-dessus pour scorer fort.
Yuki est très bon, mais Yuki est un rookie (sa première année en F1). Et Yuki ne refera jamais la même erreur, je suis prêt à le parier !

Les habituels éliminés de la Q1 finalement. Ha non tiens !

Alors que les pilotes sortent une ultime fois des stands, il semble se profiler la même rengaine (à peu de choses près) que depuis un an, avec pour éliminés sûrs Latifi, les deux Haas et « seulement » l’une des deux Alfa Romeo, Tsunoda étant out. Avec un peu de suspens avec Georges Russell et les Alfa Romeo, Bahrain ayant plutôt montré une belle progression de Williams certes, mais une progression un poil plus forte d’Alfa.

Et bien non, raté. Si les Haas ferment évidemment la marche, on assiste à un passage des deux Williams en Q2 ! On ne sait pas à quel point Josh Capito -leur nouveau CEO- et toute la team peuvent remercier Mazepin, toujours est-il que ce sont les deux Alfa Romeo qui se placent P16 et P17 !

On notera un bien mauvais placement de Fernando Alonso qui peine à faire passer son Alpine en Q2 en s’adjugeant la 15ème place pour 15 centièmes…

Q2.

Explication préalable : pneus mediums, pneus tendres, et tout le suspens (artificiel) que ça créé

Pour mes novices, un point de règlement s’impose.Les qualifications se déroulent en 3 manches, ça c’est acquis.Les pneus les plus rapides (sauf très très rares exceptions, par piste très chaude et gommes trop tendres pour ces conditions) sont les tendres (les rouges) ou softs, puis les mediums (en jaune) et enfin les durs (en blanc) ou hards, tout ça, c’est acquis aussi n’est-ce pas ?

Là où ça devient un peu plus touchy c’est que le train de pneus avec lequel un pilote a signé son meilleur temps en Q2 sera son train de pneus au départ de la course. Si et seulement si le pilote en question passe en Q3.

DONC ! Si le pilote veut se placer haut sur la grille (d’autant que statistiquement à Imola, seuls les P1 et P2 ont gagné les épreuves précédentes) il serait tentant de mettre des softs en Q2. Mais il s’avère qu’à Imola un arrêt aux stands fait perdre plus de temps que sur bien d’autres circuits, et accessoirement il est assez difficile de doubler, ce qui fera la part belle aux stratégies à un seul arrêt.

J’oubliais. Chaque pilote a l’obligation d’utiliser au moins deux trains de gommes différentes pendant la course (hors pluie), c’est-à-dire pour commencer qu’il est obligatoire (hors pluie toujours) d’effectuer un arrêt au moins, et qu’en effectuant un seul arrêt les pilotes ont le choix entre faire soft/medium (ou l’inverse), medium/hard ou soft/hard.

Voilà ! C’est pénible, c’est somme toute très artificiel mais c’est efficace pour créer de la stratégie dès les qualifications.

Williams en mediums. C’est une blague ?

Et bien non. Latifi et Russell s’élancent en mediums. Accompagnés dans ce choix on retrouver Verstappen et les deux Mercedes. Les dix autres pilotes partent en soft.

Le choix ne s’est au final pas avéré payant, mais après un passage par la case « softs », il s’avère que les Williams ont clairement gagnés en potentiel, Russell termine même P12 à 12 centièmes de la Q3, et les deux Williams encadrant même pendant quelques minutes les deux Alpine (qui quant à elles ont clairement perdues en passant du jaune et noir Renault au bleu et rouge Alpine. Ou en lâchant Abiteboul).

Norris en feu, Alpine à la ramasse, Vettel toujours aux abonnés absent et la surprise Sainz

Nous avons donc en Q2 Lando Norris qui nous fait un festival, pointant P1 pendant quelques temps ! Il passe bien sur en Q3 avec son coéquipier. 
Alpine, comme dit juste au-dessus, a beaucoup régressé dans la hiérarchie pendant l’inter-saison, Ocon passant en Q3 en étant l’un des deux seuls, avec Ricciardo à y passer avec un temps supérieur à 1:15.000. Et Alonso qui égale le temps de… Latifi.

Vettel… Vettel, Vettel, Vettel… Vettel P13, 13 centièmes derrière une Williams, et 26 derrière Stroll, son coéquipier. Moi qui ne me suis remis dans le grand bain de la F1 que depuis l’an dernier, j’ai raté les épisodes où Vettel était rapide (au détail prêt de la Turquie l’an dernier, où il a simplement été magistral !), et je le regrette quand je vois ses piètres performances depuis un an.

Pour conclure sur la Q2, on a une surprise chez Ferrari. Une mauvaise surprise. Carlos Sainz P11. Et tout ça pendant que Charles Leclerc entre en Q3 en troisième place. Disons qu’il a encore du mal à trouver tout le potentiel de sa voiture.

Q3 partie 1.

Traditionnellement, la Q3 est en gros divisée en deux parties. Un premier tour chrono, quelques instants de répit et enfin le grand récital ! Donc place aux Q3.1 !

Norris encore, Gasly bien mais pas top

Et on entame la Q3 avec un full purple de Lando ! Secteurs 1, 2 et 3 en violet (c’est-à-dire qu’il a inscrit le meilleur temps des qualifications sur chacun des 3 secteurs qui divisent le circuit), juste avant de se faire « voler » les deux derniers secteurs par un Perez en grande forme !La couleur violette aura ensuite naviguée entre Max et Lewis.

Pierre Gasly se place malheureusement logiquement après les deux Mercedes, les deux RedBull et une Ferrari.

Q3 partie 2, le grand final !

Je ne peux pas séparer ça en paragraphes, c’était trop beau. Et je ne veux rien spoiler jusqu’à la dernière ligne.

On a donc 10 pilotes qui s’élancent pour un ultime tour chronométré, Hamilton qui commence mal avec un secteur 1 en jaune (donc il signe un moins bon chrono que son meilleur temps du secteur 1), avant de s’adjuger le violet au secteur 3. P1 provisoire.

Bottas qui le suit fait une erreur et se retrouve P5 provisoire, il est l’ombre de son ombre le pauvre Valtteri…

Puis on a un train qui arrive, Norris s’adjuge les secteurs 1 et 2, pour finir P2 provisoire, immédiatement récupérée par Verstappen qui se fait battre par son coéquipier Perez ! Retournement de situation par rapport à Bahrein ! Et Leclerc qui réalise un très beau chrono en se plaçant lui aussi devant Norris. Tout comme Gasly et Ricciardo d’ailleurs. Essai manqué pour le jeune anglais…

Liste de départ

On aura donc :

  1. Hamilton (pour changer…)
  2. Perez (pour changer !)
  3. Verstappen (houra…)
  4. Leclerc (houra !)
  5. Gasly (houra bis ! plus qu’à espérer qu’il n’oublie pas de freiner…)
  6. Ricciardo
  7. Norris
  8. Bottas (« cette année je joue le titre »)
  9. Ocon
  10. Stroll
  11. Sainz (il fera mieux très bientôt !)
  12. Russell (surprise motherf**ker !)
  13. Vettel (pas surprise malheureusement…)
  14. Latifi
  15. Alonso (aïe.)
  16. Raïkkönen
  17. Giovinazzi
  18. Schumacher
  19. Mazepin
  20. Tsunoda ( 😦 )

Le classement des équipes se confirme donc de séance en séance.Des derniers aux premiers on devrait donc avoir selon moi Haas bon dernier, une bagarre entre Alfa Romeo et Williams, puis entre Alpine et Aston Martin (voire même les quatre ensemble, ce qui ne devrait pas manquer de faire réagir Luca De Meo et Lawrence Stroll), puis une grosse bataille McLaren, Alpha Tauri, Ferrari (vous l’aurez lu ici en premier) et ENFIN une vraie bataille Mercedes vs. RedBull !

A demain pour la course (promis, je tenterai de résumer plus) !

Bisou.