Qualifications de folie à Monaco !

Petite intro obligatoire.

Plus que n’importe-quel circuit, les qualifications à Monaco sont pri-mor-diales ! Les occasions de dépassement sont peu nombreuses : à Sainte-Dévote (virage 1) avec le DRS, à la chicane (virage 10) ou comme on a pu le voir en F2 (j’en parlerai dans la semaine, il y’a de quoi dire !) à la rascasse (virage 16, juste avant l’entrée des stands). Dans tous les cas ça se fait rarement de manière raffinée…

Au sortir des essais libres, Ferrari semble très en forme et en mesure de se battre contre RedBull. Mercedes quant à eux semblent un peu à la ramasse (relativement…), et peut-être même que McLaren pourrait jouer les troubles-fête. On notera qu’en plus de Ferrari, les Alfa Romeo roulaient bien… de même que les Haas, malheureusement Mick Schumacher s’est sorti fort en fin des 3èmes essais libres et la voiture n’a pas pu être réparée à temps pour les qualifs… Quoiqu’il en soit, tout porte à croire que Ferrari à apporté des évolutions sur le moteur (puisqu’on rappellera qu’ils équipent aussi Alfa Romeo et Haas, CQFD).

Aller, on s’y plonge ! Q1.

Norris est chaud, comme toujours depuis le début de saison, Gasly flirte avec le top 5 pendant que Tsunoda est clairement en perte de confiance, Perez et la malédiction du second baquet RedBull se confirme peu à peu, Sainz et Leclerc se rendent coup pour coup…

Cette Q1, c’est la folie à regarder, ça ne s’arrête jamais !

On note en tout cas que parmi les « nouveaux », seul Sainz est bien (bon, Vettel aussi), et même très bien puisqu’il est déjà dans les chronos de Leclerc et ce depuis Portimao si je ne m’abuse. Pendant ce temps Perez galère à être au niveau de Verstappen, Ricciardo de la même manière chez McLaren (qui arborent pour Monaco une SUPERBE livrée hommage, en partenariat avec leur sponsor phare : Gulf), Tsunoda c’est encore pire puisqu’il est rookie en F1, par contre Schumacher surperforme déjà largement Mazepin.

Bref, ça ne s’arrête jamais, mais à la fin de la Q1, à part une grosse méforme de Lewis (P7), une très belle surprise de Gasly (P6) et de Giovinazzi (P9), et une superbe P2 de Charles Leclerc, on avait quand même Bottas P1, Verstappen P3… Et Tsunoda, Latifi et les deux Haas éliminées. Alonso rejoint le club des éliminés de la Q1.

Q2, rien n’est figé.

La Q2 s’avère être tout pile à l’image de la Q1, Sainz, Leclerc, Bottas, Verstappen et en outsiders Hamilton (si si, outsider seulement pour cette fois) et Norris se rendent coup pour coup, secteur violet pour secteur violet (les circuits sont virtuellement scindés en trois secteurs, le violet signifiant qu’on vient de signer le meilleur temps de la séance sur ledit secteur)

Au final les éliminés de la Q2 seront Esteban Ocon (décidément chez Alpine rien ne va plus, et ça se voit sur la courbe de performance de la voiture que j’ai présenté dans mon dernier article), Daniel Ricciardo (qui commence à franchement accuser le coup face à Lando Norris), Lance Stroll, Kimi Raïkkönnen et Georges Russell.

Devant par contre, Leclerc améliore et prend la P1, suivi de Verstappen (la seule RedBull à pouvoir « faire peur » à Ferrari aujourd’hui), Bottas, Sainz, Perez, Norris… Hamilton décidément en lutte ce week-end, Gasly décidément en forme ce week-end, Vettel et… Giovinazzi !

Q3. Bon Dieu quelle Q3 !

On prend les mêmes et on recommence, Leclerc qui commence par claquer un temps canon, 2 dixièmes pleins devant Verstappen (si on n’est pas sur un boulevard on part quand même sur une bonne ruelle), Sainz chaud-braise en P3, Bottas P4 suivi d’Hamilton, Vettel qui se cale au chaud devant Perez et Giovinazzi, avant que Gasly ne claque un très très beau temps qui va le hisser devant Hamilton, que Bottas améliore un peu et « vole » sa troisième place à Sainz, et que Norris ne s’adjuge la cinquième place et fasse glisser notre français à la sixième place.

C’est ainsi qu’à la fin du premier run de la Q3 on a « juste » Lewis Hamilton et Charles Leclerc qui ont échangés leurs positions habituelles, sinon on a Sergio à 1,1 secondes de Max, et une belle 3ème ligne constituée de Lando Norris et Pierre Gasly.

Q3, run 2. Tout se joue MAINTENANT !

Et c’est parti pour le show, et c’est parti tout le monde est chaud !

C’est le grand récital. La pression monte. Charles Leclerc, l’enfant du pays (et non, il n’est pas français mais bien monégasque ! et pas célibataire, désolé les filles) va-t-il signer la première pôle monégasque à Monaco depuis… Louis Chiron (oui, la Bugatti Chiron est ainsi nommée en hommage à ce pilote) en 1936 ? Hamilton va-t-il faire du grand Hamilton et finalement claquer un chrono canon (on n’y croit pas des masses mais bon, pas moins qu’à un Lewis en quatrième ligne) ? Bottas peut-il faire honneur à Mercedes ? Ou bien ce sera Max ? Ou Carlos peut-être !

Norris consolide sa P5 en améliorant légèrement son temps mais pas assez pour passer devant Sainz. Verstappen fait un bon premier secteur mais semble avoir fait une petite erreur dans le secteur 2 puisqu’on le voit lever le pied… il peut enchaîner avec un deuxième tour chrono, à voir.

Perez se fait un peu gêner à l’entrée de la Rascasse, de toute façon il n’était pas parti pour un top 4.

Ah ! Hamilton améliore son secteur 1 sans pour autant claquer le meilleur temps (il est donc en vert), il passe le deuxième secteur en jaune (donc un moins bon temps que son record personnel de la session)… puis lève le pied ! Ne reste que Bottas, Verstappen et Sainz pour déloger Charles de son piédestal ô combien mérité.

Sainz est dans un bon tour, à priori pas de quoi inquiéter Charles, Max par contre vient de signer le meilleur premier secteur, Bottas améliore aussi son premier secteur…

Et là, stupéfaction. Charles Leclerc, alors à l’attaque pour consolider sa pôle se retrouve dans le mur à la piscine. Au ralenti on verra qu’il a braqué à droite pour le 14ème virage (celui de la piscine donc) au bon moment, mais l’arrière s’est légèrement dérobé. Sur un autre circuit ça ferait quelques millièmes sur le chrono, à Monaco ça fait une roue qui tape un peu fort contre le mur, de quoi casser la suspension et donc pas de pardon ni de possibilité de s’en sortir : c’est le carton dans le mur suivant.

Drapeau rouge, session arrêtée… et elle ne sera pas relancée puisqu’il restait moins de 30 secondes (je n’ai pas précisément la règle en tête, mais de toute façon il faut au moins le temps d’un out-lap pour les 9 restants).

Charles est donc en pôle !

On ne saura jamais ce qu’il aurait pu advenir, oui Bottas et Verstappen étaient dans un gros tour, mais Charles aussi.

La grille.

A priori définitive, après premières investigations Ferrari ne devrait pas avoir à changer la boîte de vitesses de la voiture de Charles Leclerc, donc pas de pénalité.

  1. Charles Leclerc (en tant que fanboy je suis très, très content, la preuve sur mon Insta)
  2. Max Verstappen (il sait faire de bons départs maintenant…)
  3. Valtteri Bottas
  4. Carlos Sainz (une pièce qu’il dépasse Valtteri au premier tour)
  5. Lando Norris
  6. Pierre Gasly (il est presque passé inaperçu avec toute cette liesse autour de Charles)
  7. Lewis Hamilton (le coup de tonnerre. Sans pluie c’est impossible de faire un podium en partant d’aussi loin)
  8. Sebastian Vettel
  9. Sergio Perez (décidément ce deuxième baquet…)
  10. Antonio Giovinazzi
  11. Esteban Ocon (qui aura le choix de mettre des pneus mediums au départ, les 10 premiers partant en tendres)
  12. Daniel Ricciardo
  13. Lance Stroll
  14. Kimi Raïkkönen
  15. Georges Russell
  16. Yuki Tsunoda
  17. Fernando Alonso (et ben…)
  18. Nicholas Latifi
  19. Nikita Mazepin
  20. Mick Schumacher

Bisou.