Qui aurait pu prédire ça ? – POV – GP d’Azerbaïdjan 2021

Bonjour et bienvenue sur mon POV, consacré évidemment au GP de Baku, capitale cosmopolite de l’Azerbaïdjan (c’était le moment Jean-Paul Ollivier) !

Merci à toutes celles et ceux qui se sont abonné au compte Instagram, @furtifmotorsport (où j’essaie toujours de proposer des trucs un peu variés), sur Facebook ou sur la page LinkedIn du même nom. La base de Furtif Motorsport étant les articles, je vous invite VRAIMENT à vous abonner à l’une de ces pages pour vous tenir au courant des nouveautés. Ou à venir fouiner de temps en temps sur furtifmotorsport.fr.

Aller hop, le POV, riche, très très riche cette fois-ci !

1) Le doute plane

« Ho bah c’est probablement les débris » disent les pontes de Pirelli.

Alors oui, je suppose en écrivant ces réactions que vous avez vu le Grand Prix, ou ses highlights, que d’autres font tout aussi bien que moi (ou mieux) et surtout beaucoup plus tôt !

DONC, Stroll a subi une crevaison surprise, Verstappen plus tard aussi, sans aucun signe avant-coureur et dans les même secteur.

Et une crevaison surprise à 300+ km/h, ça fait un beau crash… Heureusement qu’il s’agit d’un circuit urbain (donc les voitures n’ont pas percuté les murs à la perpendiculaire), heureusement qu’aucun pilote ne suivait de près, etc…

BREF, Lance Stroll se tape une crevaison surprise, et le mur (c’est bon, j’ai le droit aux vannes nulles tout le monde va bien !). Safety-car, entrée des stands fermée car il est sur la trajectoire, tout le monde se regroupe et ça repart, jusqu’à LA MÊME CHOSE sur la voiture de Perez. Pneus durs, l’arrière-gauche (le moins sollicité du circuit MAIS celui des 4 qui se prend juste avant les crashs le plus de charge), même nombre de tours etc…

Pour Verstappen la safety-car a, pour une raison inconnue, tardée à être sortie (un tour ! un put*** de tour ! il semblerait que la plupart des pilotes aient râlé, Charles Leclerc en tête), avant d’annuler tout ça pour poser un beau drapeau rouge, qui semblait être la seule solution cohérente, l’autre étant de finir la course sous safety-car. On aurait donc retenu de la course deux crashs à mettre au crédit de Pirelli des débris sur la piste (il n’y avait pas eu de carton du week-end avant Stroll mais bon…) et basta.

MAIS NON ! La direction de course en aura décidé autrement, tout le monde aux stands, on chausse des tendres et on lâche les fauves pour… DEUX tours. En départ arrêté apprends-t-on un peu plus tard, on sait déjà que ça va être du caviar (alors que la course était clairement un enfer d’ennui jusque-là…) !

BREF (oui encore, je m’égare souvent), deux pilotes dans le mur, il semblerait qu’Hamilton n’était pas loin non plus du même sort, cartes rebattues après le carton de Max qui menait jusqu’ici la course… clairement facilement, bien aidé par… non rien, j’y arrive !

2) Ce genre de podium !

Je n’ai pas trouvé de bonne photo du podium alors on se contentera de celle-là, malheureusement on n’a pas le troisième.

Parce-que oui. Ni Verstappen (forcément…), ni Bottas, ni Hamilton ne sont sur le podium.

1, Sergio Perez, 2 (et Driver of the day), Sebastian Vettel, 3, Pierre Gasly.

Si, vraiment, je ne parle pas de la quatrième saison sur F1 2020 mais du VRAI podium de ce weekend à Baku.

Voilà. Je vous laisse apprécier. Qu’est-ce qu’il y’aurait à dire de plus ? Ha si ! Que Perez semble être ENFIN le deuxième pilote que RedBull attendait depuis longtemps (depuis le départ de Ricciardo en gros). Jamais très loin de Max, bien présent pour gêner les stratégies Mercedes (et ça se voyait qu’ils étaient gêné, quelle cacophonie !), et finalement… vainqueur ! Je m’étais habitué à entendre God save the queen tous les dimanche de Grand Prix.

Aller vite, la suite !

3) Magic button

Vous l’avez déjà tous vue cette image. Et vous savez déjà tous ce qui s’est passé. Mais c’était beau, mais beau ! Je ne suis pas anti-Hamilton mais c’est… agréable de voir que même le G.O.A.T (Greatest Of All Time, c’est pas moi qui le dit, c’est les chiffres !) est capable de faire une erreur. Une erreur nulle en plus, un bouton réenclenché.

Pour la faire rapide. Il y’a eu le drapeau rouge suite au crash de Verstappen, il reste DEUX tours, tout le monde a chaussé des pneus tendres (bonus pour Vettel avec des pneus NEUFS tendres), tout le monde est chaud comme jamais après le tour de chauffe, les freins -qui fument sur beaucoup de voiture- aussi, les feux s’éteignent, Hamilton passe tout le monde au restart, il est à l’intérieur en plus, il freine et… CIAO LES GARS JE RENTRE A MA MAISON ! Et c’est comme ça fiston, qu’un jour et sans DNF (Did Not Finish, un abandon donc), Bottas, Mick Schumacher et surtout l’inénarrable Nikita Mazepin terminèrent une course classés devant Lewis Hamilton.

Après ce départ j’ai surtout retenu un combat splendide, un mélange incroyable de fair-play et d’agressivité, un combat en piste comme on aimerait en voir tout le temps (pas comme en F2 ou un anglais du nom de Ticktum s’est cru en open lobby sur F1 2020…), la lutte pour la 3ème place entre Charles Leclerc et Pierre Gasly. C’était du caviar. Rien de moins.

Charles Leclerc s’incline et n’arrive pas à sublimer sa pôle, mais au profit du frenchy Pierre Gasly donc l’un dans l’autre je suis content.

4, 5, 6 et d’autres) Le reste !

En parlant de Charles Leclerc, qui n’a malheureusement pas réussi à sublimer sa pôle acquise la veille… Si les RedBull étaient attendues à ces positions là (avant le crash…), quelqu’un peut m’expliquer la seconde PLEINE gagnée par Mercedes (surtout celle d’Hamilton) entre les essais et la course ? C’est à croire qu’il y’avait un autre magic button pour ajouter 30 ou 40ch dans la loooooooooooooooooooooooooooooooooooongue ligne droite de départ. Avec le DRS la Ferrari avait du mal à tenir la Mercedes, c’était pour le moins bizarre.

Ensuite on a vu un Tsunoda renouvelé, est-ce son déménagement près de l’écurie AlphaTauri qui lui redonne déjà confiance ? Peut-être. En tout cas on a retrouvé le Yuki qu’on avait entraperçu en début de saison, et ça ça fait plaisir, et ça ouvre le chapitre sur une petite mise à jour de mes prédictions sur le line-up 2022.

Si ça continue comme ça on va avoir un statu-quo chez RedBull et AlphaTauri. Et Aston Martin (donc Bottas… CIAO !) Par contre je maintiens pour le moment mes prédictions de Mercedes avec Hamilton et Ocon (même si je commence à franchement douter d’une suite de Lewis s’il gagne le championnat), et Williams avec Russell et Latifi.

Pour moi, à cette heure-ci, on n’aura « que » deux nouveaux en 2022 : Pourchaire chez Alfa Roméo (remplaçant Kimi) et Piastri chez Alpine (remplaçant Ocon).

Parmi les autres points, si les chiffres ne mentent pas, des circonstances particulières peuvent les rendre caduques… C’est le cas de l’index de performance (PIX, à nouveau, pour Performance IndeX) de la voiture que j’ai choisi de basé sur les qualifications uniquement, et à Baku les qualifications se sont en partie (Hamilton et Leclerc entre autres) jouées à l’aspiration. La Ferrari est donc selon mes chiffres la meilleure voiture du weekend mais on vu qu’en course ce n’était clairement pas le cas.

Le PIX en course est lui aussi à oublier puisqu’il prend en compte les écarts à l’arrivée avant toute chose, donc toutes les écuries sont hyper resserrées, c’est illisible.

Par contre le PIX de l’équipe, qui prend plein de données et qui mélange tout ça, nous permet de voir un truc hyper intéressant : toutes les écuries se rapprochent les unes des autres. Pour ce weekend c’est Alpha Tauri qui domine vu les performances des deux pilotes, et RedBull plonge en bonne partie à cause du crash de Max. Dans tous les cas ça promet de belles courses cette année (même si j’ai de sérieux doutes pour le Paul Ricard, prochaine étape du calendrier, et son circuit… qui n’interdit à peu près aucun écart de conduite…).

Bon, ce POV était pile-poil à l’image du Grand Prix de Baku : un chantier !

On se revoit pour le GP de France, ou surement avant sur Instagram et peut-être Twitch !